De l’adolescence perpétuelle [et de Facebook]

Depuis plusieurs mois j’entends à gauche et à droite un paquet d’histoires de gens qui retrouvent leurs amours d’adolescence via facebook et qui reprennent ça plus ou moins où ils s’étaient laissés, comme si la vie ne les avait pas changés en cours de route.  Comme si le premier était toujours le plus vrai, le plus beau, l’éternel, le modèle pour tous les autres. 

Oui, y’a une partie de moi qui trouve ça beau et romantique (ok, on ne parle pas du moyen, mais de la fin).  C’est comme engager quelqu’un qui a des références.  C’est rassurant.  Mais le problème, c’est que ça fait souvent oublier qu’il y a peut-être quelqu’un de plus compétant pour la job, avec un CV à jour…  

Et ça n’a rien, mais rien à voir avec le fait que je viens de découvrir que mon first love de cour d’école montre ses fesses dans un profil ouvert à tous sur facebook.  (Vive les photos de party!)

About these ads

One comment

  1. La vie est une voie à sens unique, quand bien même on pourrait y trouver plusieurs significations…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s