L’Aiguille dans la botte de foin. Non, pas celle-là, l’autre.

Parfois les coïncidences sont tellement hallucinantes qu’il est difficile de se dire qu’il n’y a pas un signe caché quelque part là dedans. J’ai vécu pas mal d’histoires qui ont tellement l’air arrangées par le gars des vues, que je m’attend toujours à ce que le producteur me donne une petite tape sur l’épaule en disant : «Travaille ton script ma pauv’ fille, y’a personne qui va croire ça.» Pourtant…

Tu peux vivre 10 ans à Montréal sans voir ton voisin, alors le beau mec que tu viens croiser par hasard, si t’as pas eu le temps de lui coller un système GPS, tu peux bien oublier ça. Bon, j’suis pas une fille chanceuse de nature, ça, j’en ai déjà parlé. J’ai quand même un don pour retrouver l’aiguille dans la botte de foin… mais pas la bonne. Moi, je me spécialise dans retrouver les aiguilles que je suis contente d’avoir perdu. Et j’y met aussi ma touche personnelle en choisissant le meilleur timing imaginable.

C’est comme ça que par une magnifique journée du début de l’été dernier, pour aller fêter un événement qui m’enlevait une tonne de brique de sur les épaules, je suis allée prendre un verre sur une terrasse de la rue St-Denis avec une amie après le boulot. Je me sentais libre, tellement légère, le même sentiment d’euphorie que lorsqu’on est en amour!!! Je sentais vraiment toute l’importance de ce moment, un point tournant majeur dans ma vie. Alors que l’heure des 5@7 se terminait et que je redescendais à pied vers le Centre-ville, en attendant sur le trottoir à un feu rouge, qui je vois parmi la foule sur le coin d’en face? Mon ex. Dans une ville comme Montréal, combien est-ce qu’il y avait de chances pour que je croise mon ex (que je n’avais pas vu depuis 2 mois) la journée même où il recevait la demande officielle en divorce des mains du huissier???

Et vous voulez savoir la meilleure? Il était tellement dans sa bulle (bon, la face un peu rouge aussi, j’pense que son boss a dû lui payer deux-trois bières ce soir là…) qu’il ne m’a même pas vu quand il est passé à côté de moi (et c’était probablement aussi bien comme ça…)
Tout un signe du destin.

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’Aiguille dans la botte de foin. Non, pas celle-là, l’autre. »

  1. Hmm, en scène de film on aurait dit ‘Ben oui, il passe dans la rue ce jour là au même moment.. yah right’

  2. Que jte comprends don! J’ai ce don là aussi! Plus je te lis, plus je trouves que tu me ressembles! EN mieux, t’en fais pas! ahahaha

  3. Une ville grande comme Montréal ? Moi, Montréal, je la trouve minuscule. Je tombe toujours sur des gens que je connais, et les nouvelles personnes de mon âge que je rencontre connaissent toujours quelqu’un que je connais. C’est inévitable.

    N’empêche que ça n’enlève rien au spectaculaire de la coincidence dont tu parles. Wow.

  4. Oui, Montréal ce n’est pas Paris ou New York, et le principe des 6 degrés de séparation peut se vérifier maintes fois, mais quand même depuis cette anecdote, on m’a fait part de tellement d’histoires de gens qui habitent à quelques coins de rues d’un ex et qui sans jamais avoir changé leurs habitudes de quartier, n’ont jamais recroisé l’ex en quelques années…

    Quelques secondes de plus ou de moins à s’attarder devant telle ou telle vitrine font parfois toute la différence, ce jour là, le synchronisme était particulièrement troublant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s