Flashback, printemps 1987

On s’est regroupé toute une gang dans le sous-sol chez Eve, ma meilleure amie. Sa mère est cool, elle nous a apporté des chips pis d’la liqueur, elle a tamisé les lumières et puis elle est remontée et a fermé la porte. On se connaît tous depuis la maternelle, mais là, y’a comme quelque chose qui n’est plus pareil comme avant. Nos corps changent et c’est comme s’il fallait qu’on s’apprivoise à nouveau. Les gars sont dans un coin les filles dans l’autre, on se regarde à la dérobée, on chuchote, on complote. Déjà, c’est pas si simple que ça : je suis amoureuse de David, qui est amoureux de Geneviève, qui est amoureuse de Jean-François, qui est amoureux d’Eve, qui est amoureuse de Grégory qui lui, n’aime personne. Et puis y’a Annie qui aurait bien aimé que Steve soit là, et y’a Patrick qui est amoureux d’Alexandre, mais ça, on l’a su que bien des années plus tard…

Je ne me souviens plus qui a proposé de jouer à la bouteille, mais ça a eu l’air de faire l’affaire des gars (ok, des filles aussi…). Comble de malchance, malgré toutes nos tentatives pas très adroites pour tricher, il me semble bien que personne n’a réussi à embrasser qui il voulait. Plus tard, on a mis de la musique et puis soudainement, il y a eu ce slow, gros hit de l’heure. Le cœur battant, j’ai demandé à David pour danser. Nos mouvements, tout d’abord figés, ont fini par s’harmoniser au rythme. Nos corps, qui, distancés au début se sont retrouvés soudés, et ma joue contre la sienne. Je me souviens avoir déposé un baiser aussi léger qu’un frisson dans son cou, alors que les dernières notes de la chanson résonnaient. Quelques jours plus tard, il m’a demandé pour sortir avec lui. Ça a duré un gros deux semaines et quelques baisers.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Flashback, printemps 1987 »

  1. Beau flashback! Je pense que tout un chacun a vécu le même genre d’histoire avec des variantes.

    Dans mon cas c’était la cave chez Richard, la chanson était Love bite de Def Leppard qu’on a fait rejouer une 100e de fois.

    On était en nombre impair ce qui a fait que le pauvre Vinh a dansé toute la soirée avec une chaise à roulette! Pauvre petit!

  2. que de souvenirs ces party de sous-sol, surtout le premier baiser

  3. C’est un texte intéressant. J’aime bien ta façon de raconter!

  4. @mc mélancolie : ah oui, def leppard! hum, oui, l’époque où la coupe longueuil était in… :D

    @l’homme… oui, en effet…

    @super Bruno : Merci, et bienvenue chez moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s