Promenade du dimanche

Ça commence à devenir une tradition. Et c’était tellement une belle journée pour ça. Je me suis promenée au hasard, profitant des caresses du soleil sur ma peau, après l’hiver, ça fait tellement de bien. Y’avait des petites filles qui jouaient à la marelle, des garçons à vélo ou en skate, des ados qui squattaient dans le parc près de la rivière, des jeunes couples poussant fièrement des carrosses, des vieux couples aux cheveux tous blancs qui marchaient encore main dans la main. Et puis il y avait moi, avec mon appareil photo.

Je me suis amusée à photographier des fragments d’écriture ici et sur les trottoirs, ou encore ici, dans la rue. Un mot d’une citation sur le monument d’une petite place publique en hommage à un artiste de la région. Je suis passée devant l’église, et j’ai continué mon chemin.

Le village où j’habite, situé à la frontière de la montérégie et des cantons de l’est, a été fondé dans la deuxième moitié du XIXe siècle par des immigrants écossais. J’avais entendu parler d’une vieille église protestante abandonnée, mais je ne savais pas où elle était. En longeant le chemin, près de la voie ferrée, derrière la vieille gare, je l’ai trouvée au détour d’un petit chemin boisé. J’ai franchi la petite barrière, et j’ai exploré les alentours. Les marches qui mènent à la petite porte toute simple portaient aussi une inscription. Sur le côté, un nom et une date gravée dans la brique. Tout à côté de l’église, le vieux cimetière. La lumière qui filtrait doucement entre les arbres était magnifique, et j’ai fermé mon lecteur mp3 pour mieux entendre le chant des oiseaux. J’aime bien ces endroits abandonnés, qui portent la trace du passé. Beaucoup de gens ont peur des cimetières. Moi je les aime bien. J’ai éprouvé un sentiment de paix intérieure en m’y promenant. J’ai parcouru les vieux monuments, lisant les noms, les dates, et j’ai constaté que la majorité des tombes sont en fait des tombes d’enfants.

Alors que j’étais en train de prendre cette photo, la tombe d’un frère et d’une soeur décédés à une année d’intervalle, un papillon noir avec une fine bordure blanche à l’extrémité des ailes est venu voler tout près de mon visage. Je ne croyais pas qu’il y avait des papillons à cette époque de l’année.

Je vous rassure, il n’y a pas d’autres cimetières aux environs, alors pour ceux que ça déprime, c’était la dernière fois…

Publicités

4 réflexions au sujet de « Promenade du dimanche »

  1. j’adore ces billets photo de tes randonnée du dimanche. Dimanche prochain s’il fait beau j’amène ma caméra et je présenterai un bout de ma ville (village)

  2. Je trouve moi aussi cette petite « chronique » savoureuse. Bien écrit, et les photos sans être prise par une professionnelle, sont belles.
    Bon sujet d’ailleurs les cimetières, quant à moi, ils m’inspirent aussi la paix.
    Bravo!

  3. Très joli post. Un astucieux mélange de printemps et de nostalgie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s