Dors bien

Il y a un peu plus de 14 ans, un soir en rentrant chez moi, une petite chatte jaune et blanche m’a suivi. Elle était vraiment mignonne, elle miaulait et elle avait faim. Il était passé minuit, mes parents dormaient. J’ai versé un peu de lait dans un bol et j’ai pris des petits morceaux de jambon que je lui ai donné. Elle ronronnait de contentement. Je l’aurais bien gardé, mais mes parents ne m’ont jamais permis d’avoir un chat alors je me suis dit que cette fois là ne serait pas différente des autres.

Quelques semaines plus tard, j’ai appris que la voisine avait adopté une petite chatte jaune et blanche qu’elle avait trouvée sur son balcon (et que le mari de la voisine l’avait trouvé moins drôle quand ils s’étaient rendus compte que la petite chatte attendait des chatons). Le 1er avril 1993, la chatte a eu sa portée. Ça a été tout un poisson d’avril pour Nicolas (oui, ce Nicolas ), puisque la chatte a choisi de mettre bas dans sa poche d’équipement de hockey. Il me semble que je l’entend encore gueuler : « pwouach, ça puuuue!, c’est plein d’sang, c’est dégueulasse... »

Des quatre chatons, seulement deux ont survécus. Une petite chatte d’espagne et une écaille de tortue. Je savais que j’allais partir en appartement avec mon premier chum quelques mois plus tard, alors j’ai demandé pour avoir la petite chatte d’espagne. Quelqu’un l’avait déjà réservé alors je me suis retrouvée avec l’autre, l’écaille de tortue qui avait des pouces.

Paraît qu’elles ont des caractères weird les écailles de tortue. Y’a trois vétérinaires qui m’ont confirmé la chose, et tous les propriétaires que je connais qui en ont eu sont d’accord avec moi. Cette chatte très intelligente avait un caractère pas possible, elle a été la diva de service pendant 14 années. Pour voir un diable de tasmanie en colère, on avait juste à lui montrer la brosse. Excessive et caractérielle, on avait quand même le droit de lui donner 5 petites caresses par jour, sur le dessus de la tête. Si on arrêtait après 4, elle en quémandait une autre et si on lui donnait une sixième, elle montrait les crocs.

Au cour de la dernière année, elle avait ramolli la vieille grognonne. Elle avait même (finalement) appris à ronronner. Presqu’un chat normal, à la limite d’être affectueuse. La vieille minoune s’est endormie ce matin. Dors bien vieille folle, j’t’aime pareil.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Dors bien »

  1. Je trouve ça bizarre, de la façon que t’en parle. Avec détachement. Moi le mien, ça vas etre un drame national.

  2. Chez moi j’ai une jeune fringuante d’à peine un an mais chez mes parents, Chatouille frôle les 18 ans et à chaque fois que je pense qu’à une de mes visites elle ne sera plus là, ça me fend le coeur. J’admire ta sérénité, même si pour certains, c’est « rien qu’un chat ».

  3. Et bien disons que ça ne s’est pas fait du jour au lendemain et que j’ai eu le temps de m’y préparer.

    J’avais envie d’en parler mais pas d’en faire un drame national non plus. En quelque part, dans des cas comme celui là, la mort, ça peut aussi être une délivrance aussi. Quand la vie s’en va, il faut la laisser aller.

    Si ça peut vous rassurer, j’ai quand même passé la journée à vider des boîtes de mouchoirs ;-)

  4. Très beau texte… Et sans vouloir banaliser la mort, ce qui serait plutôt bizarre d’ailleurs, il faut se dire que c’est une étape de la vie, comme la naissance en est une. Disons que le monde occidental a une peur presque « phobique » de la mort, on évite d’en parler, on essaye de l’éloigner le plus possible, parfois au prix d’un acharnement thérapeutique qui frise le ridicule…
    Il est certain par contre qu’une mort inattendue, par exemple par accident est plus difficile. Mais quand on sait que la personne (ou l’animal) a eu une belle vie, qu’elle est heureuse au moment de la mort, je trouve que c’est presque… enfin, c’est un beau moment. Ça nous fait pleurer, mais c’est tout de même un moment qui a une certaine beauté.
    Ouf… Un peu philosophique, tout ça pour la mort d’un chat que je ne connais pas! Ça doit être l’effet de la bière et de la victoire de nos Canadiens! ;-)

    Cela dit, j’avoue que la phase préparation à la mort aide beaucoup à passer au travers… Et même si c’est pour un animal de compagnie, après un certain temps, ça devient comme un membre de la famille.

    Suggestion de film en rapport avec le sujet : Gates of Heaven de Errol Morris, excellent documentaire. Le 1er documentaire du réalisateur de Fog of War. À voir…

    Bon assez jacassé! ;-)

  5. Ce texte est à la fois le plus sensible et le plus pudique que j’ai eu l’occasion de lire. Et je ne crois pas qu’on puisse penser « ce n’est rien qu’un chat ». Ce sont des compagnons et il ne faut pas dénigrer l’attachement et l’affection que nous leur portons.

  6. @Donald, je note la suggestion de film, merci!

    @Griet, Merci, ça me touche beaucoup.

  7. Salut!

    Un texte superbe, à la Foglia (qui lui aussi aime bien les chats il me semble).

    C’est bien mignon la façon dont tu en parles… ta minoune nous enseigne une belle leçon: « je suis comme je suis, contentez-vous d’apprécier sans tenter de me changer ».

    Content que ça se passe mieux pour toi maintenant après avoir vidé toutes ces boîtes de kleenex… Tu lui as rendu un très bel hommage! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s