De mal en pire

Y’a des jours où tout vas de travers.
Un moment de distraction ce matin, une sortie d’autoroute manquée, obligée de passer par le pont Victoria. Que j’haïs ce pont là et son grillage métallique qui me fait grincer des dents tout le long. Retard, traffic encore plus intense dans cette portion du centre-ville… Ça commence bien mal, mais une fois arrivée au bureau je me dis que le pire moment de la journée est passé, et que ça peut juste aller mieux… Soooooo wrong.
Journée de merde au bureau. […]. Anyway.
Sur le chemin du retour, j’ai été moins chanceuse qu’il y a quelques semaines, encore un peu distraite, j’imagine, j’ai pas remarqué à temps le collet tendu. Et je roulais vraiment pas si vite comparé à d’habitude… J’aurais dû me méfier, les derniers jours de chaque mois, il y a toujours un peu plus de surveillance, ils ont des quotas à remplir. Un zélé, fallait que ça tombe sur moi. J’imagine qu’il y a une première fois à tout, alors c’était ma première contravention à vie… Bof, j’ai parcouru 55 000km en 1 an et 2 mois, alors la moyenne est quand même pas si mal. Mais, à ce prix là, j’aurais quand même préféré une nouvelle paire de souliers…
J’arrive enfin à la maison, je ramasse le courrier et y’a une lettre du Fédéral. Bon, il semble que je dois encore près de 150$ à l’impôt…. Manquait plus juste ça.
Génial comme journée. C’est fou comme on s’amuse. Je me demande bien ce que demain, ou même, ce que le prochain week-end me réserve…. Expectations are soooo low, j’vois vraiment pas comment je pourrais être déçue.
Et là, y’a toujours quelqu’un pour te sortir une connerie du genre : Rien arrive pour rien; Tu vas voir, quand le vent va tourner, toutes les bonnes choses vont t’arriver en même temps… ou encore C’est quand on s’y attend plus que ça arrive…
ok là, juste entre vous et moi, NOW would be a good time.

Dire les vraies affaires (awkward moment)

Lui : Est-ce que tu as revu X dernièrement?

Moi : Non… pas dernièrement.

Lui : Tu sais, il est célibataire maintenant.

Moi : Oui, eheh, je sais, G me l’a déjà dit [non mais est-ce une conspiration?]… Bof, on a vraiment pas grand chose en commun, je l’ai toujours juste vu comme un ami [eheh, menteuse, mais laissons le passé là où il est…] Il est beau et tout y’a pas à dire, mais je ne me vois vraiment pas avec un gars comme lui, y’a trop de différences [oui, ça c’est vrai].

Lui : Ben, on sait jamais où ça mène, ça peut être un bon ami, comme ça peut aussi être juste une bonne ride…

Moi : …

eheh, je sais pas pour vous, mais moi, c’est pas le genre de conversation que je suis habituée d’avoir avec mon petit frère…

Notes on a scandal

Sheba Hart: I hadn’t been pursued like this for years… I knew it was wrong, and immoral, and completely ridiculous, but, I don’t know. I just allowed it to happen.

Barbara Covett: The boy is fifteen!

Sheba Hart: But he’s quite mature for his age!

*****

J’ai bien aimé ce film. Une confrontation de deux actrices exceptionnelles. Ce passage m’a cependant fait sourire. Depuis les deux dernières années j’ai croisé toutes sortes d’hommes, de 21 à 43 ans. Comment ça se fait que les hommes plus âgés que moi ont tous l’air d’être atteint d’immaturité chronique, alors que ceux qui sont plus jeunes que moi ont toujours l’air « extraordinairement » matures pour leur âge….
.
J’imagine que c’est un des grands mystère de la vie.

Snob!

C’était un beau début de soirée, la température était vraiment agréable pour marcher. En quittant le travail, avant de rentrer, j’ai décidé de profiter encore un peu de la ville et des derniers rayons de soleil. Je marche toujours d’un bon pas, j’ai l’habitude. Je suis vraiment perdue dans mes pensées, préoccupée, je regarde les gens d’un air distrait, je ne les vois pas vraiment, je suis ailleurs.

Quelqu’un m’a salué, ça m’a tiré de ma rêverie. Je regarde l’homme, il me fait un grand sourire et un signe de la main. Je n’ai absolument aucune espèce d’idée de qui il est. Il marche avec des amis, alors il ne va pas s’arrêter totalement pour me parler. Je crois bien que je lui ai fait un sourire (timide), mais j’ai dû avoir l’air un peu confuse… Ça m’arrive tellement souvent de ne pas reconnaître les gens, surtout quand je les rencontre totalement hors contexte, et quand en plus j’ai l’esprit ailleurs, comme c’était le cas ce soir, ça aide pas ça non plus.

Là j’ai beau essayer de passer en revue mon catalogue virtuel des visages connus et y’a rien qui me vient à l’idée. Bof, c’est peut-être lui qui s’est trompé… Et sinon, ben il me traitera de snob, ça sera vraiment pas la première fois…

Le genre de conversation que j’ai trop souvent de ce temps là…

.
Lui : Hey salut, comment ça va? Dis donc ça fait longtemps qu’on s’est vu!

smack! smack!

V : Ça va bien et toi?

Lui : Bien, alors là, maintenant, j’imagine que t’es installée à Montréal?

V : Ben, non en fait, pas encore [essaie de garder le ton « j’suis positive j’suis de bonne humeur »], mais ça devrait être pour bientôt…

Lui : Alors t’as vendu ta maison? Tu cherches pour un condo?

V : [ok, garde ton sourire, garde ton sourire, respire…] Ben non, ni un ni l’autre… mais bon, ça va sûrement finir par se faire bientôt. [ok, là, il doit juste se dire c’est quoi le problème avec sa foutue maison…]

Lui : Ouin, c’est plate… Alors t’habites encore là-bas?

V : Ben oui!

Lui : seule?

V : [il en rate pas une hein?], ben oui, seule…

Lui : Mais t’as bien dû rencontrer quelqu’un depuis le temps?

V : Bah! rien de sérieux, rien d’intéressant… [ok, maintenant, il se dit « c’est quoi le problème avec elle… » Génial…]

Mauvaise rencontre

Ça fait environ 3 semaines que je le croise pratiquement matin et soir dans le stationnement intérieur près du bureau. Il a l’air sale, sournois, alors je me méfie. Dès que je l’aperçois, je dévie un peu ma trajectoire. Lui, il m’observe. Il est toujours à peu près à la même place. On dirait qu’il attend que je m’habitue à sa présence et que j’oublie qu’il est là pour faire ce qu’il crève d’envie de faire.
.
Je suis sûre qu’un bon matin, pressée par le temps, distraite, je vais oublier d’y faire attention. Je ne regarderai pas au dessus de ma tête pour voir le pigeon perché sur le tuyau d’aération et c’est ce moment qu’il va choisir pour laisser tomber sa fiente.