Du côté des romantiques

Hasard ou pas, ça fait 3 fois en 3 semaines qu’on me cite du Musset. C’est drôle, je ne me souviens pas en avoir lu vraiment… Je crois que j’ai déjà tenté Lorenzaccio… Alors j’ai du l’abandonner rapidement, je ne sais plus. Peut-être est-ce que je ne le goûtait pas suffisamment.Du côté des poètes et écrivains romantiques, moi, je suis plus Nerval.
Le Rêve est une seconde vie. Je n’ai pu percer sans frémir ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible. Les premiers instants du sommeil sont l’image de la mort; un engourdissement nébuleux saisit notre pensée, et nous ne pouvons déterminer l’instant précis ou le moi, sous une autre forme, continue l’oeuvre de l’existence. C’est un souterrain vague qui s’éclaire peu à peu, et où se dégagent de l’ombre et de la nuit les pâles figures gravement immobiles qui habitent le séjour des limbes. Puis le tableau se forme, une clarté nouvelle illumine et fait jouer ces apparitions bizarres; le monde des Esprits s’ouvre pour nous. [extrait d’Aurélia]
Ouais, on dirait que j’ai une attirance particulière pour les poètes fous qui se suicident (c’est aussi le cas de Gauvreau)…. Pattern?

Publicités

3 réflexions au sujet de « Du côté des romantiques »

  1. Ouais, on dirait que j’ai une attirance particulière pour les poètes fous qui se suicident (c’est aussi le cas de Gauvreau)…. Pattern?

    lol… Un penchant pour le génie jumelé la sensibilité peut-être? Les artistes dans l’âme? Y’en a beaucoup sur le plateau Mont-Royal des artistes! M’enfin… c’est peut-être pas une référence.

    Bonne journée!

  2. J’aime bien! Je ne connais pas tellement la poésie, peut-être n’ai-je pas été assez innitié!

    J’apprécie les textes de Thoreau qui s’apparentent parfois à des poèmes (loin du romantisme par contre) : « I went to the woods because I wished to live deliberately, to front only the essential facts of life, and see if I could not learn what it had to teach, and not, when I came to die, discover that I had not lived. I did not wish to live what was not life, living is so dear; nor did I wish to practise resignation, unless it was quite necessary. I wanted to live deep and suck out all the marrow of life, to live so sturdily and Spartan-like as to put to rout all
    that was not life, to cut a broad swath and shave close, to drive
    life into a corner, and reduce it to its lowest terms, and, if it
    proved to be mean, why then to get the whole and genuine meanness of
    it, and publish its meanness to the world; or if it were sublime, to know it by experience, and be able to give a true account of it in my next excursion »

    Pour revenir au romantisme, malgré le peu de connaissances que j’en ai, j’dirais que j’aime ce que je connais de Goethe : « Le meilleur de nos convictions ne peut se traduire par des paroles. Le langage n’est pas apte à tout. »

  3. @Ghost!: oui, c’est clair que pour un minimum d’affinités, ça me prend définitivement quelqu’un qui a une sensibilité artistique… On va juste essayer d’éviter les fous et les suicidaires, ça aiderait ma cause ;)

    @insomniaque: contente de voir que vous êtes passé au travers de l’épreuve de l’inscription d’un compte blogger. Vos commentaires sont appréciés! ;)

    Ah Goethe! Il faut lire Les souffrances du jeune Werther, quintessence du romantisme torturé… Il y a d’ailleurs eu une vague de suicide assez importante chez les amoureux transis à travers l’Europe suite à la publication de ce roman….

    On reste dans le thème! ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s