Les lapins

Quand on conduit toujours sur le même trajet, y’a comme des automatismes qui se créent. Surtout quand y’a pas de traffic, qu’il fait beau et qu’il y a ça qui joue à plein volume.

Il y a une technique fort simple qui consiste à se prendre un lapin. T’en laisse passer un qui roule un peu plus vite que toi, et tu t’accroches derrière, une vitesse juste un peu en dessous.

Aujourd’hui, ça roulait vraiment trop bien. Puis, tout d’un coup, j’ai réalisé que j’avais pas de lapin. Pire, en revenant dans la travée de droite, parce qu’il y avait plus personne devant, j’ai constaté que depuis un bon 10-15 km, c’est moi qui sert de lapin à trois autres voitures derrière. Juste avant la grande courbe qui précède le viaduc, j’ai ralenti et je les ai laissé filer devant.

C’est que des fois, pour les lapins, y’a plusieurs collets de tendus en ligne…

Eheheh, là, j’ai vraiment eu de la chance…
Publicités

Une réflexion au sujet de « Les lapins »

  1. J’utilise cette methode a l’occasion, heureusement, avec ma petite sous-compacte 4 cylindres, c’est quasiment impossible pour moi d’etre le lapin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s