Perturbée

Je suis entrée dans une jolie boutique rue Prince-Arthur. Que des vêtements et des souliers griffés. Cher. Un t-shirt avait attiré mon attention. Ma garde-robe est en manque de casual wear. Mais là, faut quand même pas charrier, je payerai jamais 200$ pour un t-shirt. Je continue à regarder distraitement, mais soudainement mon attention est attirée par deux clientes. Anglophones. Une mère et sa fille. La mère est le prototype parfait de la rich bitch aux 3/4 refaite avec l’attitude ultra-chiante en prime. La fille, qui porte des Daisy Duke, à l’air d’avoir à peine 12 ans. La vendeuse lui amène une paire de bottes à sa taille. Ce sont des bottes à talons hauts qui montent jusqu’aux cuisses. Le genre de bottes qui crie le mot sexe (peu importe la langue). Le genre de botte qu’il faut assumer quoi.
.
La fille est maintenant de dos, je me dis que je dois avoir mal vu, elle doit être quand même plus vieille. Elle argumente avec sa mère pour avoir les bottes. Je me retrouve à nouveau face à elle. C’est définitif, elle ne peut pas avoir plus de 12 ans. Elle a encore sa graisse de bébé qui lui colle au menton. La mère se fait un peu prier, mais c’est inscrit dans son visage qu’elle va céder. Je pense que tout ça m’a un peu perturbé.

Beatles mania

Bon, ça faut une couple de fois que je vois la bande annonce de ce film

Le concept est intéressant: raconter une histoire à travers les chansons des Beatles. De ce qu’on peut voir, le résultat a aussi l’air très riche visuellement. Une orgie à la Moulin Rouge.

Mais là, j’ai vu la deuxième bande annonce.
J’aime TELLEMENT cette chanson!

Tout, les paroles, le rythme (un peu plus rapide ici que dans l’original), l’air léger et répétitif, comme le coeur qui bat quand on croise le regard de quelqu’un pour la première fois et qu’on SAIT. Bon, j’imagine que ça arrive encore ces choses là hein? […] Je pense que c’est la plus belle chanson d’amour qui a été écrite. Légère, heureuse et d’une simplicité désarmante, comme l’amour devrait être.

Enjoy!

Moi, mes souliers…

Dimanche dernier, la nuit idéale pour marcher.
Bon, ça n’a pas le même charme que mes promenades solitaires en campagne, mais la lune est presque pleine et au moins, en ville, peu importe où on va, on croise toujours 2-3 loups.

Comme celui là tiens.

Il est encore un peu loin, mais il a l’air mignon.

Ouais, plus il s’approche plus je trouve qu’il est mon genre, mi-intello, mi-artiste.

Bon, maintenant qu’il est de plus en plus proche, j’ai un tout petit doute. Une trop grande recherche dans le vêtement, trop bien coordonné. Gai? C’est dans le domaine du possible. Hum, c’est souvent tellement dûr à dire, avec tous ces métrosexuels.

On est maintenant côte à côte sur le trottoir. On attend le feu vert.

Je réalise soudainement qu’il me regarde, je sais pas trop depuis combien de temps.

Regards, sourires, il est vraiment cute.

Regards encore… Bon, ok, (sourire intérieur), probablement pas gai.

Lui : Bonjour

Moi : Bonsoir (sourire)

Lui : (sourire) Bonsoir… Faut que je te dise, vraiment, j’adooooooooooooooooore tes chaussures!

Moi : (sourire) Euh… Merci! (ok… calm down now… he’s gay…)

Candide devrait être mon deuxième nom

Parce qu’une épine dans le pied qu’on essaie de retirer depuis 2 ans ne se transforme JAMAIS en peccadille. Non mais, franchement, on aurait dû s’en douter qu’on était pas au bout de nos peines. Une signature au bas d’une feuille où il était d’accord avec toutes les conditions, c’est bien trop simple. J’ai bien l’impression qu’il faudra encore faire un dernier tour sur la montagne russe. Je cherche frénétiquement la poignée pour le siège éjectable. Je comprend juste pas l’acharnement, ça dépasse l’entendement : 

1) Il s’est remis en couple depuis.
2) Il gagne presque deux fois mon salaire.
3) Je ne réclame rien, on a seulement partagé le profit de la vente de la maison et les dettes communes à parts égales (malgré la disparité des revenus).
4) C’est moi qui paie les frais légaux en entier (et oui, ça coûte cher).

On va laisser les choses aller une couple de jours, il va peut-être s’en remettre ou revenir à la raison (est-ce trop demander?). Et puis on sait pas, peut-être qu’un chihuahua l’a mordu ce matin, ça expliquerait qu’il soit de mauvais poil.

Quote of the day

Artist : Here is a piece called High School

Young Strait A Student : Was this work inspired from your personal history, I mean your self experience of School? [feeling so proud about his question]

Artist : …Euh… I confess this piece isn’t much about School… But more about getting High