Remarques de la journée

1) Ça faisait un temps que j’avais pas fait de kilométrage avec la voiture. Dire qu’il n’y a pas si longtemps je roulais 200km par jour… Là je pense que je fais même pas ça en un mois. Tout un changement. Cet après-midi, j’écoutais ça*, le pied bien au fond, les cheveux dans le vent et c’était le bonheur… enfin presque…

2) Mon petit frère est un père de famille extraordinaire. Ça me fait tout drôle de le voir faire avec ses filles. Je suis tellement fière de lui. Je fais une pas pire marraine non plus. Mon rôle est ben l’fun, il consiste en bercer la petite, la flatter dans le dos et lui donner des bisous dans le cou. Quand elle a faim, je la donne à sa mère et quand il faut changer la couche, je la donne à son père. Gé-nial.

3) Dans la catégorie fille qui a la relation la plus tordue avec sa mère, je mérite un prix, classe championne du monde. Un jour j’écrirai sans doute quelque chose là-dessus. Complètement surréaliste et incroyable (mais vrai). Si quelqu’un connaît un psychanalyste, c’est le moment.

4) Ma cause en divorce qui est encore reportée, ça commence à devenir un running gag dans la famille.

5) Moins de 4 mois avant Noël. On commence donc à se tisser une armure pour affronter les regards et la déprime qui vient avec la période. Je vais donc porter cette année officiellement le titre de la fille la plus difficile à rematcher.  […] Pas étonnant que tout le monde se demande c’est quoi mon problème…

6) Quote of the day : « Quand tu regardes pour un gars, est-ce que t’as une limite d’âge? »
OK, ça sent presque pas la tentative de blind date avec un vieux croûton… Ne vous en faites pas, je m’en suis sauvée (ça doit être ça mon problème).

7) À mon retour, passé minuit, en admirant le centre-ville illuminé, tel qu’on le voit en longeant le fleuve sur la 132, j’ai eu pour la première fois, depuis maintenant presque deux mois, le sentiment de rentrer à la maison. Par exemple, tout un accueil une fois arrivée sur ma rue. Plus un espace de stationnement de libre. J’ai eu beau parcourir les rues avoisinantes, rien à faire, c’est la deuxième fois que ça m’arrive, faudrait juste pas sortir le dimanche. Finalement, en désespoir de cause, j’ai pris une chance dans la ruelle. Vivons dangereusement.

* Je sais, ce n’est pas le vidéo officiel, mais c’est vraiment celui que je préfère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s