Discours fatal

Dès le départ, par intuition, je savais que ça ne mènerait nulle part. Il voulait me rencontrer. Bah, pourquoi pas, allons voir tout de même ce qu’il en est (parce que l’intuition, ça peut se tromper… ça s’est déjà vu). On se retrouve donc dans un bar pour prendre un verre. Pas un mauvais gars, probablement plutôt le contraire, mais juste un gars pas pour moi. Et il veut trop impressionner. Ça marcherait probablement avec 85% des autres filles qui croiraient au jackpot, mais pas moi. Pas de chimie, pas d’intérêts communs.

Je l’écoute me raconter sa petite histoire, il insiste sur les détails qui flashent, il a l’air tellement confiant (baille). Et puis il me sort le discours fatal. Les gars plus vieux sortent tous ce discours là en pensant qu’une fille comme moi rêve d’entendre ça. C’est TELLEMENT mal me connaître et surtout c’est tellement maladroit. Ça sent le vieux player qui voit arriver le moment où il n’a plus d’autre choix que d’accrocher ses patins pour se retirer avec toute sa dignité.

Lui. — Pendant longtemps, tout ce qui m’intéressait c’était d’avoir une « trophy wife », ou alors, je ne m’intéressais qu’aux bonnes baiseuses. Maintenant, ce que je cherche, ce dont j’ai envie c’est d’une vraie compagne de vie.

Moi. — Mmm-hum… [non mais c’est quoi là? Est-ce que j’ai l’air d’une boniche?!?]

Publicités

5 réflexions au sujet de « Discours fatal »

  1. « Dès le départ, je savais que ça ne mènerait nulle part. »

    Bon ma chère Les Plaisirs et les nuits, soyez un peu de bonne foi, et avouez qu’avec une telle conviction en partant, il ne pouvait pas arriver grand chose de positif! ;o)

    Et il n’a pas dit que vous n’étiez pas jolie ni bonne baiseuse, il a dit qu’il cherchait une compagne de vie. Vous extrapolez!

    Dur très dur pour les hommes de plaire aux jeunes femmes de nos jours!

  2. @femme libre : eh bien une intuition, c’est une intuition, c’est pas comme si j’avais le contrôle là-dessus ;) Et puis être vraiment de mauvaise foi, j’aurais simplement refusé de le rencontrer…

    Je sais ce qu’il a dit et ce qu’il n’a pas dit, je voulais simplement relever l’étonnante maladresse de la formule, comme si l’un excluait l’autre, une vision pépère du couple. On aspire quand même à plus non?

    @lui : We’ll never know…

  3. C’est vrai que ça sonne : « Avant, je me cherchais une « trophy wife », maintenant je me cherche une « consolation trophy wife » ».

    Reste que je serai de mauvais foi, mais son discours respire pas trop l’authenticité. Je ne crois pas trop à ce genre de « conversion ». Si on est dans la trentaine et qu’on a jamais eu de relation « profonde » par choix, je crois pas qu’on puisse vraiment décider de changer de cap… et réussir.

  4. Eh bien je suis peut-être naïve, mais j’ai plus l’impression que c’était de la maladresse. Le gars voulait probablement juste affirmer qu’il était passé à un mode de recherche sérieux. Il était plus près du 40 que du 30 (c’est dire si je ne fais pas des efforts considérables pour me sortir du pattern de la cougar :P )

    Reste qu’effectivement, ça sonne comme tu dis, et pire encore, ça donne à penser qu’il se perçoit lui-même comme le trophée et que le sous-texte dit : « maudite chanceuse »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s