Liberté

Aujourd’hui c’était le plus beau jour du printemps.
Celui où enfin, on peut se débarrasser des bas de nylon.

*****

J’aurais voulu avoir le coeur léger, comme l’étourneau sansonnet qui est en train de faire son nid dans mon entretoit. Peut-être pas. Il a l’air de chantonner en travaillant, mais peut-être bien que c’est sa manière de dire qu’il en a marre de charrier ses foutues brindilles une à une. Et puis, la partie n’est pas terminée. Paraît que sa tactique, c’est de chanter dans le nid qu’il a décoré pour impressionner sa partenaire. Je voudrais bien voir ça. Et bang! Une fois qu’il en tient une entre ses pattes, elle peut bien dire adieu à sa liberté. À partir de là, le mâle surveillera étroitement sa femelle, en la suivant partout toute la journée. Il y a des cages même là où on n’en voit pas.

*****

Je repense à ce couple, qui la semaine dernière, se déchirait sur le trottoir de la Catherine en pleine heure du dîner, sous le regard de la foule. La rage du désespoir dans la voix de cette femme, toute son impuissance alors qu’elle réalise qu’elle vient de franchir un point de non retour. Perte de contrôle. Dans ses yeux à lui, un mélange de honte et de tristesse devant la blessure, la plaie vive qu’il semble voir pour la première fois, alors qu’elle traîne sans doute depuis des années, et contre laquelle il ne peut plus rien. Et quand il ne reste plus rien, même la dignité s’en va.

*****

Une sensation désagréable, comme une vague beaucoup trop haute et trop forte alors qu’on s’attendait à une mer calme, est remontée en surface l’espace de quelques secondes. Je l’ai chassée comme on passe une main rassurante d’abord doucement sur le front, pour en effacer le pli et ensuite dans les cheveux, pour en chasser la lourdeur en leur donnant un mouvement de légèreté. Plus jamais. Et j’ai souri.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Liberté »

  1. Le texte commence joyeux, mais au fil de la lecture on ressent une tristesse, un vague à l’âme inexpliqué. Le printemps aurait-il un effet dévastateur sur ton humeur?

  2. Dévastée? Certainement pas! Il faut relire les 3 dernières phrases ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s