Don’t you want more than my sex

« I almost ran over an angel
He had a nice big fat cigar »

Deux êtres libres parcourant leurs trajectoires respectives se croisent dans la nuit étoilée. Le choc est non-simultané, quelques fractions temporelles les séparent, comme un mauvais calcul, une maladresse qui aurait fait dévier le cours normal des choses. On remonte le mécanisme, on reprend la course, mais un étrange magnétisme opère à contre-courant. Ils se retrouvent (s’espèrent?) à travers d’autres corps, étrangers, parfois revêtus d’un leurre, rouge. Tour à tour taureau et matador, ils s’entrechoquent, encore et encore, comme autant d’histoires avortées, les laissant inassouvis, ne pouvant que contempler de leurs yeux purs, bleus ou verts (pourtant chargés de pensées impures), l’absence, le vide sidéral.

Le choc amoureux n’a rien à voir avec un quelconque choix, malgré l’envie qu’on puisse avoir de le nier, de le taire. Il est, ou il n’est pas, c’est tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s