La Chair faible

Ça fait un moment que j’ai remarqué qu’il ne l’aime pas. Ce n’est pas à la façon dont il me regarde lorsqu’elle n’y est pas (quoique…) mais plutôt dans le ton de sa voix, lorsqu’il s’adresse à elle. Cette pointe d’impatience qui dit en sous texte : « Tu m’énerves« , « T’es fatigante » ou pire, « T’es conne« . Ce ton de voix a porté un coup solide à l’intérêt qu’il aurait pu m’inspirer, avec son physique de jeune premier. Il ne la respecte pas, mais pire, il ne se respecte pas lui-même. Elle, princesse Germaine d’une beauté incroyable (évidemment), ne se rend compte de rien.

Je sirotais mon verre sur le balcon, appréciant le soleil de cette fin d’après-midi alors qu’ils sont arrivés. Elle qui parle toujours trop fort de cette voix qui m’hérisse un peu l’oreille, et lui qui cette fois, essayait de s’exprimer. Sa voix est plutôt basse, les mots ne parviennent pas tous jusqu’à moi, sauf cette phrase : « Tu m’écoutes jamais quand je te parle« . Il essaie de poursuivre alors qu’elle se braque : « Mais voyons, j’fais juste ça t’écouter, blablablah« . Il essaie de poursuivre, de lui faire comprendre, mais dès qu’il dit : « Marie, non, tu m’écoutes pas là…« , elle s’empresse de lui couper la parole pour réaffirmer qu’il a tort, et qu’elle l’écoute « absolument tout le temps ».

Ok. Elle veut le convaincre qu’elle l’écoute en ne l’écoutant pas et lui coupant la parole alors qu’il essaie de lui dire que si elle se la fermait de temps en temps, il pourrait peut-être parler. Elle a tenu bon jusqu’à ce qu’il laisse tomber, ce qui n’a pas été très long. Et dans ma tête, l’image d’un mollusque qui consent à se laisser dévorer.

J’ai toujours eu dédain de cette nourriture là.

Publicités

3 réflexions au sujet de « La Chair faible »

  1. Vous savez si bien décrire. C’est un plaisir de vous lire. Les couples malsains sont légion, c’est parfois un plaisir de s’en repaître. Le célibat devient alors un choix délicieux.

  2. March into the sea, j’ai donné la piqure des Modest Mouse a plusieurs personnes grâce à cette chanson.

    À savoir si elle correspond à l’histoire, dure à dire, mais elle ne manque pas d’impact.

    Cheers mademoiselle.

  3. @femmelibre: effectivement, il n’est pas difficile d’observer ce type de relation… malheureusement.

    @stephane: C’est aussi une des pièces qui m’a le plus accroché. On peut interpréter à plusieurs niveau…
    « If you think you know enough
    To know you know you’ve had enough
    And if you think you don’t, you probably will
    « 

    « Treat me like the sea Oh, so salty and mean…« 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s