Ubiquité

Manuel Alvarez Bravo, Fallen Sheet, vers 1940.

Depuis cette nuit là, tu ne m’as plus quitté. Je ne sais pas comment c’est arrivé, je ne me souviens que de l’orage qui grondait dehors et de moi qui tremblais en dedans. Nos corps combattants dans ce lit. Je te porte en moi jusqu’à m’en rendre folle, je te vois partout où tu n’es plus. Dans cette chambre, je te respire encore et je n’ai qu’à lancer les draps pour y retrouver la forme de ton corps endormi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s