Le Piège

.
J’ai descendu les marches, lentement, l’une après l’autre, en prenant bien soin de faire claquer les talons pour qu’il puisse m’entendre. Je me suis assise dans le dernier rayon de cette lumière rosée, pour qu’il soit captivé par ma peau opalescente. J’ai façonné sur mon visage cette petite moue enfantine. Et j’ai attendu. Le loup est arrivé par le sentier le plus obscur de ma tête. Au moment où j’ai laissé ses dents briser mon corps (mon leurre) désarticulé, alors qu’il croyait tenir mes os entre ses griffes, j’ai volé son âme.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s