La Morsure

Edvard Munch, Vampire, 1893 – 1894

À la tombée de la nuit, je traque mes mâles victimes.  Je leur trouve à chacun un charme unique qui m’attire irrésistiblement et me fait sortir de l’ombre, rayonnante de l’éclat de mes cheveux qui les hypnotise aussi bien que mes yeux de chat.  Une force instinctive s’empare de mon corps blessé, qui sait mieux que moi obtenir ce qu’il veut.  Tout juste avant l’aube, profitant de l’épuisement, mes lèvres se posent tout d’abord délicatement à leur nuque, précédant la brutale morsure d’amour.  Nuit après nuit, je transforme les hommes qui succombent à mes charmes pour les retrouver, au matin, insupportablement ressemblants à celui qui m’a, le premier, vampirisé.

Publicités

5 réflexions au sujet de « La Morsure »

  1. Trés bon texte…. mais je n’aimerais pas me faire mordre et être un vampire et vivre que la nuit…… J’aime bien le jour, les crépuscules

    C’est tellement bon que j’aimerais que tu continue plus loin dans ta nouvelle

  2. Merci! :)
    Il n’y a pas de nouvelles pour l’instant, ce ne sont que de petits flash…

  3. Tu ne fais plus de petites fictions? Comment faire pour en commander une autre? On ne peut pas abandonner ses lecteurs comme ça, sans crier gare (responsabilité morale de l’artiste!!!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s