Gimme some salt

Un loup est un loup, qu’est-ce qu’il y a d’autres à espérer?  À part peut-être en apprendre plus sur soi.  Parce qu’on ne fait jamais que ça, du premier souffle jusqu’au dernier.  Le reste n’est qu’artifice, poudre aux yeux.

Alors j’apprends la distorsion.  La distance entre ce que je pense et ce que je dis et qui n’a peut-être même rien à voir avec la différence entre moi et l’image qui flotte dans ses yeux lorsque qu’il me regarde.  Lui ou un autre, mille traductions, interprétations, tout fantasmes confondus (oui, souvent les mêmes).

J’ai auditionné, j’ai appris mon rôle, mes partitions par cœur.  J’improvise parfois un peu.  Je brode sur le même thème.  Mais depuis un certain temps j’ai perdu tous mes repères.  On ne me propose plus que des rôles que je n’aurais jamais cru écrits pour moi.  Je ne sais pas vraiment les jouer, mais on insiste.  Et je ne sais pas à quel point je suis responsable de ça.  Peut-être qu’on me voit d’une façon dont je ne me suis jamais vue…  Enfin, il faut que j’avoue que je ne couvre pas tous les angles.  Je suis la seule qui n’aura jamais une aussi belle vue sur mon tatouage.  Je ne sais plus qui a raison, je n’ai plus d’instinct.

J’aurais pu être l’entrée, le plat principal ou le dessert.  Mais aujourd’hui, dans leurs yeux, je suis le sel.  Sel qui rehausse le goût du reste.  Sel qui rend addict et qui fait cruellement sentir son absence.  Mais aussi, celle qui ne suffit jamais par elle-même.

Publicités

12 réflexions au sujet de « Gimme some salt »

  1. Le sel est essentiel pour survivre, c’est aussi ce qui conserve, qui fait durer…

    Ceci dit, la question me semble en effet plus profonde, tu es contrainte de jouer des rôles dans lesquels tu ne te reconnais pas, c’est là le problème.

    D’abord dans le fait que tu ne te reconnais pas, que tu es simple actrice aux ordres d’un réalisateur qui n’a pas compris… (mais saurais-tu réaliser toi-même ? Sais-tu vraiment quel rôle tu voudrais incarner ? dans tes yeux à toi, qui es-tu ?).

    Mais aussi dans le fait même de « jouer ». Quand on joue, même un rôle qu’on a choisi, vient le moment où l’on tombe le masque… et alors tout le reste risque de tomber aussi.

    Pas simple, c’est certain, en tout cas mieux vaut être le sel que le poivre ;)

    23

  2. J’aime beaucoup l’image que tu utilises.
    Je me suis souvent sentie comme cela.

  3. Le problème de ces loups, c’est que leur morsure laisse des marques pour longtemps. Ils savent s’engouffrer dans les fêlures et en jouer.

    Mais quand les rôles commencent à sonner faux, il est temps de baisser le rideau, et d’aller mettre son ‘authentique’ grain de sel ailleurs où il sera apprécié à sa juste valeur…

  4. @blanche: merci :)

    @23: Je savais ce que j’étais, ce que je voulais. Et puis tout a changé. J’imagine que tout ça fait encore partie d’une phase d’adaptation. Je m’adapte à ce nouveau moi-même et surtout, aux nouvelles perceptions. On me renvoie une image de moi que je n’aurais jamais cru possible, mais qui n’est (peut-être) pas aussi loin de la réalité. Se redéfinir, c’est aussi redéfinir ses limites. J’y travaille.

    @Magenta: Je me sens moins seule! J’étais pas certaine que quelqu’un comprendrait ce texte.

    @97: Pour l’instant je ne vois partout qu’un monde de théâtre, mais l’illusion ne prend plus. C’est peut-être bon signe?

  5. Les loups sont des prédateurs et ils chassent en meute. Se reconnaissent entre eux à leurs codes. Ils fondent sur la proie la plus facile, question économie d’énergie.

    Avec eux, il ne faut pas être perçu comme une victime potentielle.

  6. Je n’ai connu que des loups aux cœurs solitaires. Aujourd’hui, je comprends que leurs plaies ne sont pas les miennes.

    Peut-être qu’un ours serait plus approprié? ;)

  7. Ping : I’m in love [with how you feel] « Les Plaisirs et les nuits

  8. Egocentrisme? Peut-être mais je me sens concerné, voire visé par chacun de vos petits coups de pattes assénés à la gente masculine et à ses représentants qui ont croisé votre route.
    Cela ne me fait pas sentir meilleur, juste moins seul…

  9. visé? faudrait quand même pas! :P
    Je n’oserais jamais faire de quelques cas particuliers, une généralité. Il n’est question que de moi et de mon (maintenant légendaire) manque de flair.

  10. «Vous êtes le sel de la terre ; mais le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ?» [Saint Matthieu], dans http://www.evene.fr/tout/sel-de-la-terre

    Sel et celle…

    En relisant le billet, je viens de le voir! Brillant!

    Dans le Nouveau Testament, vous savez l’expression: sel de la terre, le sel a une toute autre application. C’est la métaphore du rehaussement.

    Votre «celle» à vous pointe dans cette direction, me semble-t-il. En creux, mais c’est là pareil.

    Bonne année V! (est-ce que je l’avais dit?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s