You can’t deny you want a happy ending

D’une liste que j’avais, j’ai supprimé tous les si, les quoique, les jamais et les jamais plus.  Et puis, tant qu’à faire, même les peut-être.  Il n’y a rien de plus rassurant que de s’entourer de fantômes.  C’est la meilleure façon d’oublier que le cœur ne bat plus.

J’ai chassé tout le gris.  Certains croiront qu’il ne reste que le noir et le blanc.  C’est faux.  Il y a le vide aussi.  Celui qui est nécessaire pour voir apparaître les interstices.  Les failles encore microscopiques d’où sortiront un jour, ou me connaissant, plus probablement une nuit, mille et une couleurs électriques.

Publicités

4 réflexions au sujet de « You can’t deny you want a happy ending »

  1. Encore une fois, V…
    Brava pour ce bijou brillant..
    D’une teinte et d’un nuançage sublime!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s