We’re trying to be faithful [but we’re cheatin’, cheatin’, cheatin’]

Quand j’ai ouvert les yeux je me suis sentie désorientée.  Ça a pris quelques secondes pour que je reconnaisse cette chambre qui n’était pas la mienne.  Puis je t’ai vu, endormi.  Et j’ai vu le soleil qui entrait tout grand par la fenêtre.  J’ai enroulé un drap autour de moi et me suis dirigée vers la cuisine.  J’ai trouvé un verre dans l’armoire et j’ai enfilé les verres d’eau pour calmer la soif causée par le vin corsé de la veille.  Celui de la bouteille de trop.  Par la grande fenêtre de la cuisine, je pouvais voir la terrasse que t’avais construit avec une autre que moi.  Elle avait un style mexicain, avec des cactus bizarres.  Je la trouvais cool cette terrasse, même si elle était si différente de ce que moi j’en aurais fait.  Je me suis demandé si on aurait le temps de s’y étendre un peu pour profiter langoureusement des rayons du soleil, avant son retour.  La sonnerie du téléphone t’a réveillé.  La voisine, aux aguets de l’autre côté du mur de papier, se plaignait du tapage nocturne de la veille.  Tout ce que t’as trouvé à faire c’était de rire aux éclats.  Moi aussi.  Tu m’as tendu le combiné en disant tiens, tu veux lui parler? On se sentait légers, complices dans le crime comme dans les caresses.

Et j’ai enfin ouvert les yeux, une fois de plus, désorientée.  J’ai reconnu ta chambre.  J’ai vu ton cœur, laissé bien en évidence sur la table de chevet.  Je me suis retournée vers la fenêtre.  Le ciel était tout gris comme le premier jour d’une longue semaine de pluie.  T’as ouvert les yeux et on s’est dit bonjour, un peu gênés par l’haleine du matin.  Il restait un peu de vin dans ta coupe.  T’as fait glisser lentement (très lentement) ta main, de mon dos jusqu’à mes fesses et tu m’as demandé si je voulais quelque chose à boire.  Je t’ai demandé un grand verre d’eau.  Pendant que je buvais, tu t’es pris un seven-up.  J’ai dû prendre un drôle d’air, malgré moi.  T’as dit tu dois me trouver dégueulasse de boire ça à 8h du matin.  J’ai dit ça pourrait être pire.  T’as dit oui, ça pourrait être du Coke.  On a ri.  Mais l’atmosphère était lourde.  Je me suis habillée.  Avant de partir, j’ai jeté un coup d’œil rapide à la cuisine juste pour confirmer un doute.  Il n’y avait pas de fenêtre.  Pas de terrasse.

J’aurais voulu qu’il n’y ait pas de regrets.

Publicités

3 réflexions au sujet de « We’re trying to be faithful [but we’re cheatin’, cheatin’, cheatin’] »

  1. Ping : All secrets sleep in winter clothes | Les Plaisirs et les nuits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s