No one notices the contrast of white on white

J’ai comme une envie furieuse et violente de hurler qui monte et qui monte pour mieux venir mourir étendue tout au long, en travers de ma gorge.

Alors à la place, je vais sourire.  Je vais sourire de ta bêtise et de ton ignorance.  Je vais sourire parce que t’as rien vu, parce que t’as jamais compris le commencement du début, parce tu vis dans une éternelle nuit américaine.  Je vais sourire jusqu’à oublier, jusqu’à m’effacer, jusqu’à m’en casser les dents.  Je vais sourire même quand t’auras raison, juste parce que ça ne sera jamais la raison que tu penses.  Je vais sourire aux larmes parce que c’est la seule chose qui en vaut la peine.

Publicités

3 réflexions au sujet de « No one notices the contrast of white on white »

  1. Je vais sourire même quand t’auras raison, juste parce que ça ne sera jamais la raison que tu penses. – j’aurais voulu l’écrire ! Magnifique.

  2. Je prends le temps de découvrir ton blog, peu à peu. J’aime beaucoup!

    « No one notices the contrast of white on white »
    Quel titre!!!

    À tout bientôt…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s