are you scared to wear your heart out on your sleeve? [You ain’t alone]

Blessure à la cheville qui n’en finit plus de dégénérer. Je ne marche plus la ville le soir, ou si peu, puisque je le paye chaque fois si chèrement.

Métro ligne orange, 17h45. Angoisse légère d’heure de pointe, encore sous contrôle. Trop de monde, trop de sons, trop d’odeurs. Tenter d’en faire abstraction, yeux mi-clos.

Joue froide d’enfant de 4 ans qui frôle à quelques reprises ma main agrippée au poteau de métal, qu’il a probablement prise pour celle de sa mère, distraite sur son téléphone à quelques pas. Candy crush.

L’enfant ne s’est pas trompé. Il me regarde maintenant de ses grands yeux marrons, léger sourire en coin. Il incline doucement la tête et colle de nouveau sa joue sur ma main, exerçant une petite pression. Caresse volée.

Crushed.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s